Capri-Naples : 36km

Une épreuve du « Grand Prix FINA »

Capri napoli marathon swim

Dimanche 17 juin 2012 – Parmi les épreuves de marathon en Europe, la traversée à la nage du golfe de Capri-Naples en Italie est l’une des plus anciennes et des plus connues. La première édition s’est déroulée en 1954. Cette épreuve était ouverte aux professionnels, mais également aux amateurs. Elle s’est nagée de 1954 jusqu’en 1992 (sauf 1984 et 85). Puis, plus rien jusqu’en 2003. Cette année-là, l’épreuve renaît et devient une étape du circuit Coupe du monde organisée par la Fédération Internationale de Natation Amateur (FINA). Dès 2008, cette compétition professionnelle FINA s’ouvre de nouveau aux amateurs avec des départs différents.

C’est dans cette catégorie que je me suis inscrit afin de participer à la 47ème édition de la traversée Capri-Naples sur une distance de 36km. Le jour de la traversée, nous nous rendons en bateau sur l’île de Capri. Nous débarquons dans la petite localité touristique de Marina Grande. C’est de là qu’a lieu le départ. Le cadre y est magnifique et un soleil radieux sans vent nous laisse entrevoir une belle journée de natation. C’est à 9h30 que le départ est donné. La température de l’eau est à 22°C et l’air affiche 34°C. Nous nous dirigeons plein nord pour rejoindre Naples. Je laisse derrière moi l’île de Capri et distingue sur ma droite la péninsule de Sorrente. Devant moi se dresse au loin le Vésuve donnant l’impression que l’on est presque arrivé. Mais l’effet d’optique est trompeur et Naples est encore bien loin. A partir de la 3ème heure, je commence à souffrir des épaules et une envie furieuse d’abandonner me vient à l’esprit. Mais la beauté des lieux me fait oublier la douleur et celle-ci commence à s’atténuer au bout d’une bonne heure. Je nage dans une eau turquoise et devant moi, je commence à distinguer les maisons de Naples. Lorsque que je respire à droite je ne vois que le Vésuve qui forme un grand M. Après 6h de nage, je souffre de nausée et ne peut plus rien absorber au niveau ravitaillement. Je vais devoir finir sur mes réserves. Le moral n’y est plus, j’ai de plus en plus de mal à tourner les bras. La motivation revient lorsque l’eau commence à devenir marron et indique que Naples et son activité portuaire n’est plus très loin. Le « Castel dell’Ovo », un château construit en front de mer près du lieu d’arrivée est en visuel. Le vent me pousse vers Naples et c’est dans un état d’épuisement que je contourne les 2 bouées qui matérialisent la dernière ligne droite de 500m en direction de l’arrivée située sur la petite plage de « Rotonda Diaz ». Je termine ce marathon de 36km en 9h15’23.

Cette traversée dans la baie de Naples, restera pour moi, une belle épreuve sportive dans un joli décor naturel !!!