D’Ar-Men à Tévenec

Un raid pour la protection des phares en mer

 photo-ar-men-telegramme

Vendredi 2 août 2013Ce défi aquatique qui se déroule à l’ouest de la Bretagne à pour objectif de soutenir la « Société Nationale pour le Patrimoine des Phares et Balises » (SNPB) qui milite pour la prise de conscience de la nécessaire sauvegarde de ce patrimoine menacé. Avec un autre nageur, Alain Grégis qui a traversé le lac Léman (77km en relais),  nous avons comme objectif de nous mettre à l’eau devant le phare d’Ar-Men pour rallier à la nage la plage des Trépassés près de la pointe du Raz. Nous longerons à la nage toute la chaussée de Sein par le nord. Elle a toujours été un véritable enfer pour les marins. A marée basse, affleure un semis de roches, autant d’écueils pour les navires qui doivent y affronter également des courants d’une violence extrême. Pour signaler ce danger aux bateaux, l’érection du phare d’Ar Men fut décidée en 1867 et mettra 14 ans à  se concrétiser en raison des conditions épouvantables. Premier phare à l’ouest de la Bretagne, le phare d’Ar-Men est le plus célèbre, le plus photographié et le plus prestigieux des phares du littoral français. Considéré comme un lieu de travail extrêmement éprouvant par la communauté des gardiens de phare, il a été surnommé par ces derniers « l’Enfer des Enfers ». Avec son automatisation en 1990 prit fin un siècle de périlleuses relèves des gardiens qui s’y succédaient au milieu des tempêtes.

En raison de ces difficultés, une importante logistique est nécessaire. Nous avons rendez-vous le matin à 7h00 sur le port de Sainte-Evette (là où on embarque pour l’île de Sein) avec les kayakistes du Centre nautique de Plouhinec, les 2 bateaux d’assistance, le Président de la Société nationale des phares et balises Marc Pointud et quelques proches venus nous soutenir.

Ar-Men raidA cette heure si matinale, le temps semble présager d’une belle journée en perspective : 22º3 dans l’air, 18º9 dans l’eau du port. C’est avec une petite heure de retard que nous quittons le port pour nous rendre vers le phare d’Ar-Men. Cette heure de retard risque de nous être fatale. Nous allons naviguer pendant plus d’une heure au milieu d’une mer bien agitée dont les vagues d’environ 1m partent dans tous les sens, suite aux effets combinés des courants et du vent de force 3 qui souffle du sud-ouest.

C’est à 9h20, en retard sur l’horaire prévu, que nous arrivons devant Ar-Men. Nous allons rapidement nous préparer car le bateau est déjà bien secoué et je commence à avoir des nausées. La mer est agitée et les vagues qui heurtent Ar-Men à marée basse passent au dessus de la base du phare. Alain a prévu de nager en combinaison alors que pour moi ce sera comme d’habitude en maillot de bain ! Je me jette vite à l’eau pour ne pas trop rester sur le bateau après avoir pris à peine le temps de m’enduire de crème solaire et de graisse protectrice contre les déperditions de chaleur. L’eau fait 15º9 et avant même le départ, très indisposé, je vais me « libérer » de tout mon petit déjeuner. C’est donc le ventre vide que je prends le départ qui sera donné à 9h46 avec pour objectif de rejoindre la côte à la nage pour la noble cause défendue par Marc Pointud qu’est la sauvegarde des phares en mer.

Pendant la première heure, nous allons progresser dans une mer souvent hachée et avec des vagues qui arrivent de toutes parts. Ma nage est complètement désorganisée et il est difficile de respirer sans avaler de l’eau. La température de l’eau ne cesse de changer entre 15,9° et 16,9°C. Malgré ces conditions fort désagréables, il semble que j’arrive à tenir la feuille de route que je me suis fixée. Au bout de 45′, conformément à mon plan de marche, j’effectue mon premier ravitaillement. Comme les prochains ravitos, il va durer quelques secondes, sans prendre appui sur le kayak. Au menu, de l’eau mentholée et boisson protéinée chocolatée souvent accompagnés involontairement d’eau salée. Le temps de voir le paysage et il semblerait qu’en moins d’une heure j’ai déjà parcouru les 1/3 du parcours entre le phare d’Ar-Men et l’île de Sein. Cela semble de bonne augure. Je distance Alain et file à un rythme assez soutenu bien encadré par mes kayakistes et mon bateau-sécu.

Après 2h30 de nage, je distingue avec plaisir le grand phare de l’île de Sein. Cela veut dire que je suis à environ à 5km du feu de Tévennec, et, si tout va bien, je devrais passer devant en une heure si les courants de marée font leur travail ! Malheureusement, il n’en est pas ainsi… Lors de mon ravitaillement suivant, le phare semble toujours au même endroit et le feu de Tévennec toujours aussi loin. Ma progression semble ralentie. Inquiet, j’interroge mes kayakistes en leur faisant remarquer que je semble faire du sur-place. Pour eux j’avance « petit à petit mais beaucoup moins que par rapport au départ ». Au bord du bateau, Pascal le pilote constate effectivement des courants contraires, nous faisons les frais de notre heure de retard. Le temps se couvre par le sud-ouest, la mer est hachée et dans les faits les courants de marée sont neutralisés par les effets du clapot des vagues. Les courants au lieu d’être en notre faveur vont nous être contraires. Je nage maintenant à un peu moins de 2km/h. Nous prenons énormément de retard par rapport à nos prévisions et il nous sera impossible de nous aventurer dans le raz de Sein hors de la période d’étale. Je suis découragé, car en plus au loin sur ma gauche j’arrive malgré tout à distinguer le phare de la Vieille qui sécurise fortement le passage du raz de Sein.

A environ 3km du feu de Tévennec, Alain annonce qu’il s’arrête. Pour ma part, malgré les conditions de plus en plus difficiles et ma baisse de motivation engendrée par les contre-courants, je décide malgré tout de prolonger cette rude expédition jusqu’au feu. Tévennec est un élément emblématique du patrimoine des phares. La SNPB projette de faire appel au mécénat privé pour financer une maison d’artistes, après restauration progressive des lieux. Dans des conditions extrêmes et après avoir parcouru 5km en plus de 2 heures, j’arrive enfin au pied de l’îlot. Je viens d’effectuer les 15km qui séparent les 2 phares en 5h11. Après avoir été balloté dans tous les sens par les vagues et avant de remonter sur le bateau qui doit nous ramener au port de Sainte Evette, je vais laisser aux poissons tout ce que j’ai pu absorber comme ravitaillements lors de cette traversée.

La journée n’en est pas finie pour autant car à 18h, il nous reste une dernière épreuve beaucoup plus agréable. Nous allons nous remettre à l’eau, encadrés par les kayakistes du centre nautique de Plouhinec, et nager dans le port d’Audierne pour être accueillis entre pluie et soleil par les applaudissements des participants de la Route de l’Amitié, des élus de la ville et de nos proches.

Nous sommes satisfait et heureux car l’objectif qui consistait à alerter le public sur la situation d’Ar-Men et des autres phares en mer a bien été atteint. 

 


Ar-Men – Tévennec. Le raid de l’impossible au… par Letelegramme

« Les Echos de la Revue des Phares » de la SNPB : n° 18 automne 2013